La vie boum bam (2022)

La terre tournait avant moi

 

On voit la mer secouée

Aux bouteilles qu'elle renvoie

 

Mais qu'est-ce qu'on a fait mama

Je ne suis qu'un petit pois

Mais qu'est-ce qu'on a fait mama

La terre tournait avant moi...

 

Mais qu'est-ce qu'on a fait mama

A s'agiter comme des rois 

Mais qu'est-ce qu'on a fait mama 

La terre tournait avant moi...

 

Tous les bruits de ce monde

Sont aujourd'hui chez moi

Des arbres qui tombent 

Un feu de petit bois 

 

Et ça bout comme le magma X2

 

Tous les bruits de ce monde 

Sont aujourd'hui chez moi

Des glaciers qui fondent

Des gibiers aux abois 

 

Et ça bout comme le magma X 2  

 

Tous les bruits de ce monde

Sont aujourd'hui chez moi

Des premiers qui s'effondrent 

Aux derniers qui nettoient

La vie boum bam

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

Le ciel se casse comme les courbes sur le cardio 

Les yeux rougis on se dandine sur des tubes afro

est-ce-que tu t'en vas ou est-ce juste un gros dodo ? 

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

On fait les cent pas, on demande quand ? Trop tôt

On trinque à toi, soudé on t'envoie des signaux

Toi ton p'tit cœur se la joue piano piano

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

Le ciel s'embrase, on déroule des longueurs de tuyaux

On peint, on parle il nous en reste sous le capot

Toi tu bagarres fort dans ton ciboulot

 

Hey ! Mama la vie boum bam se déchaine 

Ca fait l'effet d'un Shambhala à la fête foraine 

Ca fout les j'tons ce gros wagon qui nous emmène

Mais ce soir je repars avec toi

 

Je sors de là, dessous le ciel explose de pollen 

J'irai chercher pour toi tout en haut tout l'oxygène

Je n'ai pas peur, je n'ai plus froid je n'ai plus de peine 

C'est ce soir que je repars avec toi

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

On fait les cent pas, on demande quand ? Bientôt

On se retrouve, on est serein façon robot

Toi ton réveil se la joue très très slow

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

On est chamans, on est vaudou, on est griots

Quelle est cette rivière pâle sous ta chemise de peau ? 

Tes yeux regardent mais c'est comme s'ils étaient clos

 

Comment on sort de là, comment ? Quand on est KO

Comment ça marche dedans, dedans la dynamo

En attendant ma belle on est comme des cons accros

à toi qui te bats dur derrière le hublot

Rien ne ruisselle

 

La nuit je flippe, je dors comme le croco

Un oeil ouvert

Un long regard me jette hors du manteau

Un revolver

Des tentacules s'écrasent sur mon dos

Et me lacèrent

La nuit aspire les monstres accros

à la misère

 

En bas rien ne ruisselle, on se perd

dans des lacets de mots

Le nouveau monde est vieux et l'hiver

pèse encore sur mon dos

 

La vie est rude souvent on bataille

Il faut qu'on se porte, il faut qu'on aille 

Et sans jamais savoir où l'on tombe

On s'abîme éperdu dans des rues sombres

Oh laisse moi dormir encore un peu

J'aimerais pouvoir le dire dans tes yeux

Et dans les draps blancs d'un baldaquin

Me rendormir tout contre ton sein

 

En bas rien ne ruisselle, pas d'amour

dans les tours du château

Le nouveau monde est vieux, au secours

des champions au galop

Choeurs : Mia Sørensen

Bugle : Niobé

Chaque mot

Comment comment ça

Tu craches ton 

ton silence crisse comme un claqueson

Ton visage fauve, tu caches ton

ton regard qui flotte sur le pav'ton

Comment, comment ça

Tu caches ton

ton grand manitou qui nie tout pour de bon

Aux voisins dessous, tu caches ton

ton si beau visage hanté par ton patron

 

Comment ça, comment ça

Tu baisses ton

Ton si beau visage hanté s'il hausse le ton 

ton ventre se noue, tes cachetons

Pour fermer les yeux 

ne plus avoir le son

 

Chaque mot qui tombe casse un tabou

Un point dans ta paume pour me dire tout

Raconte-moi chaque mot

 

Comment comment ça

Tu caches ton

ton beau bodyguard aime la baston

Chaque fois qu'il est saoul tu caches ton

ton si beau visage pour demander pardon

Comment comment ça

Tu laisses ton 

ton si beau visage à ton beau cupidon

tu vis à cache-cache, à tâtons

Quand tu peins tes yeux, le boss te colle un gnon

Comment ça, comment ça

Tu caches ton

Ton bonhomme, ton mac, ton petit maton

Chaque fois qu'il est saoul tu caches caches ton

ton si beau visage pour demander pardon

 

Chaque mot qui tombe casse un tabou

Un point dans ta paume pour me dire tout

Qui cet hiver

 

Pour me tenir chaud 

Qui cet hiver ?

Pour me tenir chaud  

Qui cet hiver ?

 

 

C'est pas la colère 

Ni l'ours polaire 

C'est pas CB News 

Ni l'chanteur de blues

C'est pas ma bouteille 

Qui porte conseil 

C'est pas l'utuber 

Ni les doigts en cœur 

C'est pas la nation 

Ni les traditions 

C'est pas le p'tit chef

Qui cache le bénef 

 

C'est pas mon étoile 

L’ascenseur social 

Pas la Marie-Jeanne 

L’ascenseur en panne 

 

C'est pas la richesse 

Ni le vin de messe 

C'est pas les serments 

Du gouvernement 

C'est pas le miaou 

Que tu as dessous 

C'est toi, juste toi 

Le souvenir de toi 

Brûlure Suave

 

J 'agis comme si l'amour pouvait un jour me combler

Je veux flotter au loin

tournoyer au dessus des tilleuls blancs

dans le calme aimant de tes bras

Le monde entier n'existe que par toi 

Ô brûlure suave

Telle est la vie, tomber sept fois se relever huit

Tous les échecs d'amour se ressemblent

 

Laisse moi seul 

j'ai le temps tout le temps de tout comprendre 

Je veux flotter au loin

tournoyer au dessus des tilleuls blancs

quelque chose s'en va sans fin 

Quelqu'un d'autre que moi tourne la manivelle 

Et les mots s'additionnent

Telle est la vie, tomber sept fois se relever huit

Tous les échecs d'amour se ressemblent

 

Laisse moi seul 

j'ai le temps tout le temps de tout comprendre 

Je veux flotter au loin

tournoyer au dessus des tilleuls blancs

quelque chose s'en va sans fin

Quelqu'un d'autre tourne la manivelle 

Ô brûlure suave

Telle est la vie, tomber sept fois se relever huit 

Tous les échecs d'amour se ressemblent

Wagon-lit

 

Dans mon wagon-lit 

Je vois défiler

Le train de ma vie

A vitesse grand V

 

Dans mon wagon-lit

Mon cœur déraillé

Bat comme cette pluie

Sur tes yeux fermés

 

Tout m'assomme c'est long 

Ici tout est long

Tout m'assomme c'est long

Sans toi tout est long

 

Tout m'assomme c'est long

Ici tout est long

Tout m'assomme tout est si long

Sans toi tout est long

 

Dans mon wagon-lit

Ton ombre est passée

Coucher mon ennui

Mon cœur tabassé

 

Dans mon wagon-lit

Je panse mes plaies

Ton âme envahit

Mon cœur à l’Arrêt

 

Sans toi c'est long

Ici tout est long

 

Dans mon wagon-lit

Je peux te crier

Tous les mots qu'on s'est dit

Avant de tomber

Dans mon wagon-lit

La nuit s’est voilée

Le maton a surgi 

Tu t’es évadée

Des hommes comme moi

 

Mais entends-tu cette voix, cette voix qui gémit

Perdu dans le noir, pourquoi ai-je obéi

Ici tout est froid, cabré je dégoupille

Tapis, je m'ébats, chenille je me tortille

Des hommes comme moi, qui est notre ennemi 

Six pieds sous la terre le mal fait plus de bruit

Et toi tu libères tes chenilles mécaniques 

Retournent la terre et mon crâne électrique

 

Qui est notre ennemi

Qui est notre ennemi

Des hommes comme moi

 

Mais entends-tu cette fois, cette voix qui gémit

Perdu dans le noir, pourquoi ai-je obéit

Sur mon dos tu choies ta nouvelle gun machine

Ta force se déploie, shootés à la morphine 

Des hommes comme moi on saute sur la colline

Tuer le soleil, du haut de ton building

déchirer le ciel, pour montrer qui domine

La nuit je me traine, je me tortille

 

Mais entends-tu cette fois, cette voix qui gémit

J'ai perdu mon toît, mon aimée, ma chérie

Ma tête flûte de pan, mon corps est en débris

Boum boum tout coince dedans, l'alcool anesthésie

J'ai deux trous dans le foie, mon couteau et ma bite

Je n'ai plus mes deux bras mais l'Ordre du Mérite

La nuit je me bats, sanglé jusqu'aux chevilles

Je sue, je m'ébats, chenille je me tortille

 

Et tombent les bombes 

Et tombent les bombes dans ma tête...

Je sème doucement

 

Comment on fait, dis 

Comment on fait, dis-moi

Papa dit qu'il faut tout retourner comme à la guerre 

La coccinelle est pâle et le fruit très amer

 

Comment on fait, dis

Comment on fait, dis-moi 

Papa dit qu'il faut bombarder pour que tout prospère

La pie ne chante pas, le lombric a souffert

 

Des cieux argentés font la pluie, le beau temps

Mais dans mon champ doré, je sème doucement

 

Comment on fait, dis

Comment on fait, dis-moi

Papa dit qu'il faut tout arracher au bulldozer

Mon chêne est au plus mal, le lac est asséché

 

Comment on fait, dis

Comment on fait, dis-moi

Papa dit qu'il faut arroser en hélicoptère

Les feuilles ne tombent pas, l'humus est prisonnier 

Sea blues​

 

Opah Rouget Nautile Sole 

Motelle Colin Poisson lune

Mérou Requin Denti Môle 

Espadon Bar Cachalot 

J'avance

 

Tous les débris autour de moi

S'agglutinent et tourbillonnent 

 

Roucaou Calamar Saupe 

Blobfish Espadon Elbot

Méduse Homard Poisson scie

Beaux yeux Mérou Vive Bardot 

J'avance 

 

Tous les débris autour de moi

S'agglutinent et tourbillonnent

 

Every day let's sing a song and every day let's hope for the best (the best of us)

Enregistré, mixé et masterisé

à "La maison" par Phil D.

photo & artwork : Bertrand Laschon

Retouches et assemblage : Stéphanie Teillet

Pochette conçue d'après "La Vitrine" de Pat B

Mille mercis à Mia Sørensen, Niobé, Pat B, Pascale R, Mum, Bertrand Laschon, Stéphanie Teillet, Dj L'Amiral, Tibo & Kentin, Mimi, Emarilou, Sasa Ô ma Sasa